Mon entrée (fracassante) dans le monde du cosplay

Bien le bonjour à tous !

Ça y’est ! Je me suis enfin décidée ! Je me lance à bras et cœur ouvert dans le monde du cosplay ! Enfin ! Depuis le temps que ça me trottait dans la tête ! Il m’en a fallut, du temps et de la réflexion pour enfin prendre ma décision. Il va falloir que je vous explique TOUT depuis le début. Où est-ce que j’ai connu cette pratique ? Qu’est-ce qui me prend ? Et puis d’abord… C’est quoi le cosplay ?

Le cosplay, c’est une pratique qui vient des État-Unis, et non du Japon, comme beaucoup pourrait le penser ! Le terme « cosplay » vient de l’acronyme de deux mots :  « cos » pour costume, et « play », qui signifie « jouer » en anglais. Le terme « cosplay » veut donc dire « jouer en costume ».  C’est donc une activité où une personne décide de se costumer en un personnage de son choix, qu’il soit fictif ou non. Le but du cosplay est également d’interpréter son personnage, de lui donner vie en adoptant la même démarche, et le même comportement que ce dernier. Le cosplay est très libre, et les univers qu’il touche sont extrêmement variés ! Passant des films, au séries, aux mangas, aux dessins-animés, aux jeux vidéos, à la littérature, aux comédies musicales… Tout le monde peut y trouver ses goûts ! Le cosplay n’est pas une activité de tout les jours, mais les cosplayeurs vont la plupart du temps spécialement en convention pour porter leurs costumes, le temps d’une journée ou de quelques jours (selon la durée de la convention).

I) Le commencement du commencement !

  • J’ai découvert l’univers du cosplay il y a quelques années, en découvrant l’univers des mangas. J’étais en troisième, donc encore au collège. J’ai donc, suite à ça, découvert l’univers des conventions. J’ai fais ma PREMIÈRE convention à la Japan Touch Haru de Lyon cette même année. J’avais 14 ans. J’avais entendu parler du cosplay grâce à l’ami qui m’invitait justement à cette convention, étant donné qu’elle se cosplayait en Perona de One Piece. J’avais alors eu la (malencontreuse) idée de me cosplayer en Yuno Gasai du manga Mirai Nikki, qui est, sans doute, le personnage féminin le plus cosplayé tout univers confondu ! C’est d’ailleurs un manga que je n’aime plus du tout à l’heure d’aujourd’hui. Et on peut dire que niveau rôle-play, j’étais totalement perdue. Yuno est un personnage bien trop complexe est difficile à interpréter pour moi : il s’agissait de ma première convention, je n’étais pas forcément très à l’aise. J’étais en phase de découverte, je découvrais les lieux, les stands… Et j’avais seulement 14 ans ! J’étais la reine des timides !
  • J’avais donc opté pour le style « robe noire » de Yuno, qui me paraissait beaucoup plus simple à réaliser que son style « écolière ». J’ai acheté la perruque et les collants, et pour le reste, je me suis débrouillée avec ce que j’avais ! À cette période là, je ne savais pas encore que le cosplay pouvait être fait mains, étant donné que je n’étais jamais encore allée en convention. Donc je ne savais vraiment pas à quoi m’attendre. 

  • Pour moi, un cosplay ça s’achetait forcément sur Amazon ou sur d’autres sites spécialisés. Mais je n’avais encore jamais entendu parler des concours cosplay. Je n’ai d’ailleurs pas appris l’existence de ce genre de concours lors de ma première convention. Mon amie ne m’avait pas renseigné sur ça, et à la convention, je n’ai même pas vu la scène (ou alors je ne suis pas aller au bout endroit au bout moment), mais en même temps, la convention de Lyon est tellement grande, facile de se perdre ou de tourner en rond ! N’empêche que j’ai eu une très bonne impression de cette expérience et j’ai passé une super journée ! La découverte de toute cette convivialité, de tout ces gens avec le même amour pour le Japon et les mangas, tout cette bienveillance, ces échanges, ces délires, toutes les photos que j’ai faites… J’étais conquise. Et depuis ce jour, je suis devenue accro aux conventions.

II) Le déferlement des conventions !

  • Je me suis donc découverte une véritable passion pour les journées de conventions. Encore aujourd’hui, je ne me sens jamais plus heureuse et épanouie que quand je sais que je vais aller en convention, même si c’est pour une journée ! Même si je ne suis pas cosplayée, je porte toujours quelque chose en rapport avec le japon, ou quelque chose de kawai (mignon), comme une robe traditionnelle, un kimono, des chignons… Car j’aime me mettre dans l’ambiance et que j’aime tout simplement ce style !
  • Je suis de nouveau retournée à la Japan Touch Haru de Lyon l’année suivante. J’avais donc 15 ans. J’étais cosplayée en Kanade (l’Ange) dans le manga Angel Beats. J’avais plus ou moins commencé à comprendre que le cosplay pouvait être fait mains ! Alors ce fameux cosplay, j’en ai fais quelques parties ! Enfin… Ma grand-mère, qui est une déesse de la couture, m’a gentiment fait quelques pièces du costume, comme la jupe et la veste. Pour le reste, j’ai pris des vêtements que j’avais déjà, comme les chaussures, les chaussettes hautes, la chemise…  Évidemment, pour la perruque, je l’ai également acheté, comme je l’avais fais pour Yuno !

  • Vous pouvez donc constater que je n’avais rien choisi de TROP ambitieux, pour mes débuts. Mais en rien je ne me considérais comme une cosplayeuse. Je ne faisais pas de rôle-play, et je m’amusais juste à me costumer en un personnage que j’avais aimé récemment. J’ai passé une seconde Japan Touch Haru beaucoup moins agréable que la première, pour des raisons personnelles… Mais je n’ai pas abandonné et je n’ai pas perdu espoir ! J’ai continué à venir dans de plus petites conventions, celles de ma ville. Et c’est justement en allant dans ces conventions bien plus petites que j’ai découvert… Les concours cosplay !
  • Je me suis retrouvée fascinée par les concours cosplay, et j’étais à chaque fois très excitée de pouvoir y assister. Je ne les manquais jamais ! Pour moi, convention était désormais = concours cosplay + défile cosplay. Ça m’émerveillait , et ça m’émerveille toujours d’ailleurs. J’étais si admirative de tout ces cosplayeurs, de leurs boulots, de leurs costumes ! Qu’ils soient sur scène ou qu’ils viennent tout simplement dans la convention… Le rôle play, devenir son personnage pendant un temps, incarner et donner vie à son personnage, qu’on aime plus que tout, rendre hommage à ce dernier… J’étais conquise.

III) Le déclic !

  • J’ai longtemps refoulé cette envie de me lancer. J’en avais vraiment envie, vraiment : ça me brûlait. Et pourtant je n’ai fais que de repousser cette envie, sans vraiment savoir pourquoi. Mais je me rappelle bien d’une chose… La convention de Montpellier de mars 2019. J’y suis allée pour aider un ami sur un stand, mais j’ai également bien profité de la convention. Je me suis baladée (et beaucoup acheté au passage… oups), et j’ai également regardé le concours cosplay et le défilé. Et c’est quand j’ai vu l’ambiance du concours, la qualité des costumes et les prestations des cosplayeurs, c’est là que j’ai eu le déclic. Il fallait que j’arrête de me leurrer. Arrêter de repousser ce qui était l’évidence. Je me suis toujours considérée comme une personne créative, et je sentais que cette activité pouvait m’apporter de nouvelles choses, mais je n’osais tout simplement pas. C’était comme une partie de moi même que je tentais de repousser sans cesse.
  • Pour des raisons personnels, j’avais passé des derniers mois plutôt difficiles niveau morale, et j’avais bien remarqué que seules les journées de conventions arrivaient à me redonner pleinement le sourire et à me rendre quelque peu heureuse pendant au moins une journée. Je ne saurai expliquer le bien être qui me submerge quand je participe à cet événement. Mais c’est comme si j’étais à ma place, que je pouvais vraiment être moi même et partager la convivialité et recevoir toute la bienveillance de ces lieux. Alors quand j’ai vu les cosplayeurs s’éclater sur scène, je me suis immédiatement dit « Je dois le faire. Pourquoi est-ce que je me priverai ? » Je me suis privée de bien trop de choses. Depuis trop longtemps. Alors ma décision était prise. J’allais faire un cosplay fait mains. Et j’allais participer à un concours cosplay.

IV) Le lancement !

  • Alors voilà, aujourd’hui je suis lancée ! J’ai effectué des phases de recherches, de réflexions. Et finalement, c’est en début mai, que mon cosplay est sur les rails. Je n’ai vraiment pas mis longtemps à me décider sur quel personnage me pencher ! Mon choix devait être logique, passionnée, et pas trop ambitieux. Alors j’ai fais un choix, qui m’a tout de suite paru évident. Astrid du dessin animé How To Train Your Dragon (Dragon, pour les français). Cette trilogie a une place très importante dans mon cœur, et je l’ai malheureusement vu se terminer en cette année 2019. Cette trilogie m’a accompagné pendant 10 ans d’existence, et c’est pour ça que j’ai décidé de lui rendre hommage en cosplayant Astrid. J’aime tellement ce personnage, surtout son évolution entre le premier et le deuxième film. Et sincèrement… Je trouve ce choix déjà très ambitieux pour un premier cosplay fait mains !

[Je ferais d’ailleurs un article sur les différentes étapes du cosplay]

  • J’ai donc commencé les étapes du cosplay début mai, après m’être ressourcé d’un voyage qui m’a beaucoup appris sur moi même et qui m’a redonné la confiance qui me manquait pour me lancer dans cette aventure. Et quelle début d’aventure ! Rien que les premières étapes de la conception m’ont déjà énormément appris. J’ai même déjà écrit la prestation pour le concours. J’ai jusqu’à septembre pour m’organiser et être parfaitement prête. Et puis… On verra bien comment ça va se passer !

CONCLUSION

En attendant, ce nouveau projet me comble énormément, et me redonne beaucoup d’espoir ! Quand une nouvelle activité ou quelque chose de nouveau nous appelle, quand vous voulez vous lancer… Il faut simplement prendre le peu de courage qui est enfoui dans notre cœur pour sauter de la falaise. C’est toujours la décision qui est la plus difficile. Il faut toujours tenter, essayer, faire ce qui nous plaît, qu’importe la timidité, le manque de confiance, la peur, les obstacles. Aujourd’hui, j’ai choisi le cosplay. Je dois me jeter de la falaise. Car c’est ce qui me fait vibrer. Et qui sait ? C’est peut-être le seul cosplay que je pourrais créer avant un bon moment, étant donné que les études supérieures sont bientôt là !

Je vous dit à bientôt pour les avancées du cosplay !
Mélody. 

%s